Dictionnaire de rimes Le Blog

En vertu de l’amour

Auteur: Paul Eluard
Année: 1963

J’ai dénoué la chambre où je dors, où je rêve,
Dénoué la campagne et la ville où je passe,
Où je rêve éveillé, où le soleil se lève,
Où, dans mes yeux absents, la lumière s’amasse.

Monde au petit bonheur, sans surface et sans fond,
Aux charmes oubliés sitôt que reconnus,
La naissance et la mort mêlent leur contagion
Dans les plis de la terre et du ciel confondus.

Je n’ai rien séparé mais j’ai doublé mon cœur.
D’aimer, j’ai tout créé : réel, imaginaire.
J’ai donné sa raison, sa forme, sa chaleur
Et son rôle immortel à celle qui m’éclaire.

27 novembre 1946.

*

Vingt-huit novembre mil neuf cent quarante-six

*

Nous ne vieillirons pas ensemble.

*

Voici le jour

*

En trop : le temps déborde.

*

Mon amour si léger prend le poids d’un supplice.

Retour en haut

Signaler une erreur